emile coué

  • LA FORMULE CLE D’EMILE COUE

« TOUS LES JOURS, A TOUS POINTS DE VUE,  JE VAIS DE MIEUX EN MIEUX »

Pour mieux comprendre, il faut analyser les 3 séquences de cette formule très constructive et peaufinée pendant une dizaine d’années.

« TOUS LES JOURS » :

En introduisant une notion répétitive de temps, Coué situe la suggestion dans la permanence.

Nous la vivons à la fois dans le présent, et dès sa verbalisation, nous l’encrons dans le futur.

« A TOUS POINTS DE VUE » :

Ce large spectre « rassemble » intentionnellement tous les problèmes, aussi bien physique que moral.

« JE VAIS DE MIEUX EN MIEUX » :

C’est la synthèse de l’autosuggestion de sa formule, avec le constat, l’affirmation et la mémorisation qui s’opère et de l’amélioration en marche.

En effet, ici on ne dit pas que l’on voudrait aller mieux, mais on l’affirme comme un fait auquel on croit.

En outre, ici, le présent va bien, et le futur est annoncé meilleur encore.

« C’est une formule qui doit se prononcer toute la vie, mécaniquement et par automatisme sans chercher à comprendre à mi-voix.

Pourquoi ? Parce que l’ouïe est l’un des sens les plus importants.

Ainsi la petite musique positive de cette phrase, finie par dissoudre les noyaux durs négatifs du style « ça ne va pas, je ne m’en sortirais jamais, je n’y arriverai pas …. » que nous cultivons en nous.

Ainsi, il faut répéter tranquillement, sans aucun effort  et avec assurance cette formule clé. »

  • 2 postulats :

1 – toute pensée occupant uniquement notre esprit devient vraie pour nous et a tendance à se transformer en acte.

Une pensée, bonne ou mauvaise, que nous avons en tête est pour nous la réalité, et a tendance à se réaliser.

2- Contrairement à ce que l’on enseigne, ce n’est pas la volonté qui nous fait agir, mais notre imagination (être inconscient). S’il nous arrive souvent de faire ce que nous voulons, c’est que nous pensons en même temps que nous pouvons.

  • Les lois établies :

La première faculté de l’homme est l’imagination.

La loi de l’effort converti : conflit entre l’imagination et la volonté

Multiples exemples : L’insomniaque qui veut dormir parce que son imagination ne cesse de lui affirmer qu’il est privé de sommeil et qu’il n’y peut rien.

Le fumeur qui ne réussit pas à s’arrêter de fumer parce que son imagination est intimement convaincue qu’il ne peut pas.

Lorsqu’il y a conflit entre l’imagination et la volonté, c’est toujours l’imagination qui gagne.

Lorsque la volonté et l’imagination sont en accord, elles font plus que s’ajouter, elles se multiplient.

L’imagination peut être conduite.

La loi de l’autosuggestion : La suggestion n’agit qu’à la condition d’avoir été transformée en autosuggestion.

La loi de l’émotion auxiliaire : L’intensité d’une suggestion est proportionnelle à l’émotion qui l’accompagne

La loi de la finalité subconsciente : le but étant posé le subconscient trouve tous les moyens de le réaliser lui-même